Chants de tradition

Cochez cette case pour voir tous les développements
        
La Marseillaise (paroles et musique). (Cliquez ici pour lire le texte)

1

Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé!
Contre nous de la tyrannie,
L'étendard sanglant est levé, (bis)
Entendez-vous, dans ces campagnes,
Mugir ces féroces soldats,
Ils viennent jusque dans vos bras,
Égorger vos fils, vos compagnes!
Refrain
Aux armes citoyens,
Formez vos bataillons
Marchons, marchons,
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons!

2

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et l’exemple de leurs vertus (bis)
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre
Refrain

3

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens, nos bras vengeurs !
Liberté ! Liberté chérie !
Combats avec tes défenseurs (bis)
Sous nos drapeaux que la victoire
Accoure à tes mâles accents;
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !
Refrain

Version chantée
        
L'hymne Allemand. (Cliquez ici pour écouter)
        
L'hymne européen. (Cliquez ici pour écouter)
        
J'avais un camarade. (Cliquez ici pour lire le texte)

1

J'avais un camarade
De meilleur il n'en est pas
Dans la paix et dans la guerre
Nous allions comme des frères
Marchant d'un même pas. (bis)

2

Mais une balle siffle
Qui de nous sera frappé?
Le voilà qui tombe à terre
Il est là dans la poussière
Mon cœur est déchiré. (bis)

3

La main il veut me prendre,
Mais je charge mon fusil
Adieu donc adieu mon frère
Dans le ciel et sur la terre
Restons toujours unis. (bis)


Ich hatte einen Kameraden,

1

Ich hatte einen Kameraden,
Einen bessern find'st du nit.
Die Trommel schlug zum Streite,
Er ging an meiner Seite
In gleichen Schritt und Tritt. (bis)

2

Eine Kugel kam geflogen,
Gilt es mir oder gilt es dir?
Ihn hat es weggerissen,
Er liegt mir vor den Füssen
Als wäres ein Stück von mir. (bis)

3

Will mir die Hand noch reichen,
Derweil ich eben lad.
Kann dir die Hand nicht geben,
Bleib' du im ew'gen Leben
Mein guter Kamerad! (bis)

        
Le chant du départ. (Cliquez ici pour lire le texte)

1

La victoire en chantant nous ouvre la barrière;
La Liberté guide nos pas.
Et du Nord au Midi la trompette guerrière
A sonné l'heure, l'heure des combats
Tremblez ennemis de la France
Rois ivres de sang et d'orgueil!
Le peuple souverain s'avance:
Tyrans descendez au cercueil!

Refrain

La République nous appelle,
Sachons vaincre ou sachons périr;
Un Français doit vivre pour elle,(bis)
Pour elle un Français doit mourir!(bis)

2

De nos yeux maternels ne craignez pas les larmes;
Loin de nous de lâches douleurs!
Nous devons triompher quand vous prendrez les armes!
C'est au rois à verser des pleurs!
Nous vous avons donné la vie,
Guerriers, elle n'est plus à vous;
Tous vos jours sont à la patrie;
Elle est votre mère avant nous!
Refrain

3

Que le fer paternel arme la main des braves!
Songez à nous, au champ de Mars;
Consacrez dans le sang des rois et des esclaves
Le fer béni par vos vieillards;
Et, rapportant sous la chaumière
Des blessures et des vertus,
Venez fermer nos paupières
Quand les tyrans ne seront plus!
Refrain

4

De Barra, de Viala, le sort nous fait envie
Ils sont, mais ils ont vaincu.
Le lâche accablé dans n'a point connu la vie!
Qui meurt pour le peuple a vécu
Vous êtes vaillants, nous le sommes;
Guidez-nous contre les tyrans;
Les républicains sont des hommes,
Les esclaves sont des enfants!
Refrain

        
Les Africains. (Cliquez ici pour lire le texte)

1

Nous étions au fond de l'Afrique, gardiens jaloux de nos couleurs.
Quand sous un soleil magnifique, retentissait ce cri vainqueur :
En avant, en avant, en avant !
Refrain
C'est nous les Africains qui arrivons de loin,
Venant des colonies pour sauver la Patrie.
Nous avons tout quitté, parents, gourbis, foyers.
Et nous gardons au cœur une invincible ardeur,
Car nous voulons porter haut et fier, le beau drapeau de notre France entière.
Et si quelqu'un venait à y toucher, nous saurions là pour mourir à ses pieds
Battez tambours, à nos amours, pour le pays, pour la Patrie,
Mourir au loin, c'est nous les Africains.

2

Pour le salut de notre Empire, nous combattons tous les vautours.
La faim, la mort nous font sourire, quand nous luttons pour nos amours.
En avant, en avant, en avant !
Refrain

3

De tous les horizons de France, groupés sur le sol africain
Nous venons pour la délivrance qui, par nous se fera demain.
En avant, en avant, en avant !
Refrain

4

Et lorsque finira la guerre, nous reviendrons dans nos gourbis
Le cœur joyeux et l'âme fière d'avoir libéré le pays
En criant, en chantant, en avant...
Refrain

        
Les dragons de Noailles. (Cliquez ici pour lire le texte)

1

Ils ont décoré Paris
Les fiers dragons de Noailles
Avec les drapeaux ennemis
Ils ont décoré Paris
Refrain
Lon, lon, la
Laissez les passer
Les Français reprennent la Lorraine
Lon, lon, la
Laissez les passer
Ils ont eu du mal assez.

2

Ils ont fait tous les chemins,
D'Anjou, d'Artois et du Maine,
Ils n'ont jamais eu peur de rien,
Ils ont traversé le Rhin.
Refrain

3

Ils ont traversé le Rhin,
Avec Monsieur de Turenne,
Au son des fifres et tambourins
Ils ont traversé le Rhin.
Refrain

4

Ils ont incendié Coblence
Les fiers Dragons de Noailles
Et pillé le Palatinat
Ils ont incendié Coblence
Refrain

5

Ils ont protégé le roi,
Il en sera fort aise,
Car ils sont ses meilleurs soldats,
Ils ont protégé le roi.
Refrain

        
La Brabançonne. (Cliquez ici pour lire le texte)

1

Après des siècles d'esclavage,
Le Belge sortant de son tombeau,
A reconquis par son courage,
Son nom ses droits et son drapeau
Et ta main souveraine et fière
peuple désormais indompté
Grava sur ta vieille bannière
Le Roi, la Loi, la Liberté!
Grava sur ta vieille bannière
Le Roi, la Loi, la Liberté! (ter)

2

Marche de ton pas énergique,
Marche de progrès en progrès,
Dieu qui protège la Belgique,
Sourit à tes mâles succès,
Travaillons: notre labeur donne
A nos champs la fécondité
Et la splendeur des arts couronne
Le Roi, la Loi, la Liberté!
Et la splendeur des arts couronne
Le Roi, la Loi, la Liberté! (ter)

3

Ouvrons nos rangs à l’ancien frère,
De nous trop longtemps désunis,
Belges, Bataves plus de guerres,
Les peuples libres sont amis,
A jamais resserrons ensemble,
Les liens de la fraternité
Et qu'un même cri nous rassemble,
Le Roi, la Loi, la Liberté!
Et qu’un même cri nous rassemble,
Le Roi, la Loi, la Liberté! (ter)

4

Ô Belgique, ô mère chérie
A toi nos cœurs,à toi nos bras,
A toi notre sang, ô Patrie
Nous le jurons tous, tu vivras!
Tu vivras toujours grande et belle
Et ton invincible unité
Aura pour devise immortelle
Le Roi, la Loi, la Liberté!
Aura pour devise immortelle
Le Roi, la Loi, la Liberté! (ter)

        
LILY MARLÈNE. (Cliquez ici pour lire le texte)

1

Devant la caserne
Quand le jour s'enfuit
La vielle lanterne
Soudain s'allume et luit.
C'est dans ce coin là que le soir
On s'attendait remplis d'espoir
Tous deux Lily Marlène.(bis)

2

Et dans la nuit sombre
Nos corps enlacés
Ne faisaient qu'une ombre
Lorsque je t'embrassais.
Nous échangions ingénument,
Joue contre joue, bien des serments
Tous deux, Lily Marlène.(bis)

3

Le temps passe vite
Lorsque l'on est deux
Hélas on se quitte
Voici le couvre-feu...
Te souviens-tu de nos regrets
Lorsqu'il fallait nous séparer?
Dis-moi, Lily Marlène?(bis)

4

La vieille lanterne
S’allume toujours
Devant la caserne
Lorsque finit le jour.
Mais tout me paraît étranger
Aurais-je donc beaucoup changé
Dis-moi, Lily Marlène?(bis)

5

Cette tendre histoire
De nos chers vingt ans
Chante en ma mémoire
Malgré les jours, les ans.
Il me semble entendre ton pas
Et je te serre entre mes bras
Lily Lily Marlène.(bis)


Lili Marleen

1

Vor der Kaserne
Vor dem grossen Tor
stand eine Laterne
und steht sie noch davor
So wolln wir da uns wiedersehn,
bei der Laterne wolln wir stehn
wie einst Lili Marleen.(bis)

2

Unsre beiden Schatten
sahn wie einer aus
Dass wir so lieb uns hatten,
das sah man gleich daraus.
Und alle Leute solln es sehn,
wenn wir bei der Laterne stehn
wie einst Lili Marleen.(bis)

3

Schon rief der Posten,
sie blasen Zapfenstreich,
es kann drei Tage kosten.
Kamrad, ich komm sogleich.
Da sagten wir auf Wiedersehn.
Wie gerne wollt'ich mit dir gehen,
mit dir, Lili Marleen.(bis)

4

Deine Schritte kennt sie,
deinen zieren Gang,
alle Abend brennt sie,
doch mich vergass sie lang.
Und sollte mir ein Leids geschehn,
wer wird bei der Laterne stehn
mit dir, Lili Marleen ?(bis)

5

Ans dem stillen Raume,
aus der Erde Grund
hebt mich wie im Traume
dein verliebter Mund.
Wenn sich die späten Nebel drehn,
werd'ich bei der Laterne stehn
wie einst Lili Marleen.(bis)

        
Das Lied der Deutschen. (Cliquez ici pour lire le texte)

1

Deutschland, Deutschland über alles,
Uber alles in der Welt,
Wenn es stehts zu Schutz und Trutze
Brüderlich zusammenhält
Von der Maas bis an die Memel
Von der Etsch bis an den Belt
Deutschland, Deutschland über alles,
Über alles in der Welt.

2

Deutsche Frauen, deutsche Treue
Deutscher Wein und deutscher Sang
Sollen in der Welt behalten
Ihren alten schönen Klang,
Uns zu edler Tat begeistern
Unser ganzes Leben lang
Deutsche Frauen, deutsche Treue,
Deutscher Wein und deutscher Sang.

3

Einigkeit und Recht und Freiheit
Für das deutsche Vaterland!
Danach lasst uns alle streben
Brüderlich mit Herz und Hand!
Einigkeit und Recht und Freiheit
Sind des Glückes Unterpfand
Blühe im Glanze dieses Glückes
Blühe, deutsches Vaterland.

4

Deutschland, Deutschland über alles,
Und im Unglück nun erst recht.
Nur im Unglück kann die Liebe
Zeigen, ob sie stark und echt
Und so soll es weiterklingen
Von Geschlechte zu Geschlecht
Deutschland, Deutschland über alles,
Und im Unglück nun erst recht.

Seul le troisème couplet est adopté comme hymne national