État des services

14 février 1916  

Naissance à Toul de Marcel Bigeard

1930-1936  

Employé de banque à la Société Générale de Toul

Septembre 1936  

Appelé au service militaire, 2ème classe sur la Ligne Maginot. Libéré en Octobre 1938. Caporal-chef de réserve il retrouve son emploi dans sa banque.

1939-1941  

Rappelé au service, est nommé sergent. Pendant la drôle de guerre, se porte volontaire pour les groupes francs. Passe sergent-chef, puis adjudant. Reçoit trois citations et la première des cinq blessures qui jalonneront ses combats. Fait prisonnier après la signature de l’armistice - dernier carré des Vosges parviendra à s’évader après deux tentatives infructueuses.

1942-1944  

Reprend du service dans les troupes coloniales. Sert au Sénégal, est promu sous lieutenant, rejoint par la suite l’Afrique du nord. Volontaire pour être parachuté en France. Suit un entraînement intensif avec les Anglais. Au vu de ses résultats est nommé chef de bataillon à titre provisoire. Parachuté en France en juillet l944 devient chef du département de 1’Ariège, où il coiffe les maquis, libère Foix et engage de sévères combats contre les Allemands dans le département. Engagements qui se soldent par 1200 prisonniers allemands et 400 tués. Est fait chevalier de la Légion d’honneur et reçoit la Distinguished Service Order(DSO).Nommé capitaine à titre définitif en 1945.

1945-1947  

Premier séjour en Indochine en haute région Tonkinoise.

1948-1951  

Deuxième séjour en Indochine. Commande une compagnie de parachutiste, puis un bataillon Thaï, puis par la suite le bataillon de marche Indochinois.

1952-1954  

Troisième séjour en Indochine, avec le grade de chef de bataillon à la tête du 6ème Régiment Parachutiste. En 1952 Bigeard atteint la notoriété grâce à l’affaire de Tu Lè. Est promu lieutenant-colonel à Dien Bien Phu, où il est l’âme de la résistance. Fait prisonnier par les viets lors de la chute ne sera libéré qu’après les accords de Genève.

Fin 1955-1960  

Campagnes en Algérie à la tête du 3ème Régiment Parachutiste, puis directeur de l' école de contre guérilla de Philippeville. Commandant du secteur de Saida- sud Oranais. Dès 1956 met au point les opérations héliportées qui deviendront courantes, et, dont s’inspireront les Américains au Vietnam.

1960-1963  

Bien que non impliqué dans l’affaire des barricades d’Alger sa célébrité et son franc parlé inquiète. Bigeard est envoyé en Centre Afrique à la tête du 6 ème Régiment Interarmes d’Outre Mer.

1963-1970  

Auditeur libre à l’École supérieure de guerre à Paris. Par la suite commande les 25ème, 20ème Brigade parachutistes à Pau et Toulouse. Nommé Général de Brigade en 1967, Bigeard sera de 1968 à 1970 commandant des forces Françaises Terrestre du Point d’appui de Dakar.

1971-1973  

Général de Division et commandant supérieur des forces Françaises du Sud de l’ océan Indien, Bigeard sera pendant quelques mois adjoint au Général Gouverneur militaire de Paris, avant de recevoir en 1974, sa quatrième étoile et d’ être nommé Commandant de la 4 ème Région Militaire de Bordeaux.

La compétence et la popularité du Général Bigeard lui valent d’être appelé par Monsieur Giscard d’ Estaing. Président de la République, comme Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la défense en janvier 1975. Le Général Bigeard démissionne de son poste en Août 1976.
Elu député de la Meurthe-et-Moselle en 1978 le Général Bigeard fut constamment réélu jusqu’ en 1988.
Décédé à son domicile, à Toul, le 21 juin 2010